Tenir bon
au
TAI  CHI

Des aide-mémoire
par Denis Breton

 


 MENU 

Présentation    |   Les 108 mouvements   |    A quels moments, cette figure?...    |   L'histoire de Tai  |    Mes clefs de pratique du tai chi

 

Présentation
 

De quel type de tai chi est-il question, ici ?

Il existe plusieurs formes de tai chi. J'ai personnellement fait mon apprentissage en tai chi taoiste et les pages de cette section font référence au tai chi tel que popularisé au Québec et ailleurs au Canada par Maître Lin-Shin Moy, un moine chinois immigré de Hong Kong au Canada en 1970. Décédé aujourd'hui, Maître Moy a préparé plusieurs cohortes de formateurs et établi un grand nombre de réseaux d'enseignement a travers le pays, notamment a travers la Société de tai chi taoiste Fung Loy Kok.

On trouve sur Youtube une démonstration de l'enchaînement par Maître Moy lui-meme. Un commentaire (en anglais) décrit ce qui fait la spécificité du tai chi comparé a d'autres disciplines, et ses bienfaits.

Le tai chi taoiste, une discipline dérivée des arts martiaux millénaires, forme un ensemble astucieux : un enchaînement de 108 mouvements, ou reviennent une quarantaine de figures distinctes. Beaucoup plus qu'une série d'exercices d'élongation musculaire et d'équilibre physique, le tai chi est aussi une longue méditation en mouvement, une école d'équilibre mental d'une grande valeur. 


Quelques anecdotes de mon parcours

C'était sur les Plaines d'Abraham, a Québec. Par hasard, j'ai vu un groupe en plein exercice. Je me suis approché... Il se dégageait de ce grand ballet collectif une telle impression de force légere, que tout de suite c'est devenu clair pour moi :  il faut que j'essaie ça ! 

Je me suis joint a un groupe de formation dans mon quartier. On nous a vanté les bienfaits du tai chi : circulation d'énergie, équilibre, souplesse et meme grâce du mouvement... Mais ce n'est qu'au fil d'une pratique soutenue, débutée en 1993, qu'a trois reprises j'ai pu constater dans mon expérience que tout ça était vrai. A trois reprises j'ai été pris par surprise.

La premiere fois, c'est au travail, lorsque je me suis rendu compte que ma façon d'ouvrir une porte avait changé   vous savez, ces lourdes portes d'édifices publics ou on s'arrache le bras, surtout vous Mesdames. Peu a peu, je m'étais mis a utiliser tout le corps, et non plus seulement la force du bras, augmentant mon efficacité et protégeant ma colonne vertébrale.

La seconde fois, c'est au pied du Mont Sinai, en Égypte, au retour d'une randonnée au sommet : on vous amene assister a un lever de soleil inoubliable... mais vous devez fournir les jambes ! Plusieurs des marcheurs avaient présumé de leurs forces, certains avaient complété le trajet a dos de dromadaire. A la fin du parcours, je n'en croyais pas mes yeux : je serais reparti vers la montagne, et meme en courant ! La pratique quotidienne du tai chi m'avait renforcé les muscles des cuisses, beaucoup plus que je ne l'aurais cru.

Une troisieme surprise m'est arrivée au sortir d'un ascenseur. C'était dans une période ou j'étais particulierement assidu au tai chi. Je me souviens qu'on nous apprenait a reconnaître notre point d'équilibre dans le pied, a mi-chemin entre la cheville et la pointe des orteils, et a faire pression dans le sol a partir de ce point au moment de lancer le corps dans un mouvement. Dans la suite de mes journées, il m'arrivait de m'en inspirer dans ma façon de marcher. Si bien que cette journée-la une collegue que je connaissais bien  -  une femme élégante par surcroît  -  m'a regardé un long moment m'avancer dans sa direction... puis m'a fait des compliments sur ma façon de marcher ! Pour le coup, j'étais renversé...

Pourquoi les outils qui suivent

Mais il y a un hic : le tai chi peut produire des effets semblables si on tient bon a le pratiquer. Et la est le défi. J'ai vu quantité de gens commencer, se contenter du cours hebdomadaire, puis s'arreter apres quelques mois, au mieux apres quelques années. En présentant plus loin l'histoire de Tai, j'explique comment j'ai été tenté d'abandonner moi aussi plusieurs fois, surtout au cours de la premiere année.

C'est pour des personnes comme moi que j'ai réuni les outils qui suivent : j'ai réussi a tenir bon en partie grâce a eux. Comme je n'en avais pas trouvé, j'ai du les inventer. Créer L'histoire de Tai  m'a aidé a mémoriser l'enchaînement, tandis que le tableau  A quelles étapes, ce mouvement ?...  m'a permis de vérifier, quand j'étais un peu perdu, si je logeais les bonnes figures aux bonnes étapes. Ces deux outils ont augmenté ma satisfaction et ma consistance dans la pratique, et du coup j'ai persévéré. Dans la suite, je n'en ai plus eu besoin, mais au départ ils ont été décisifs pour me donner confiance a continuer.

Si bien qu'apres une quinzaine d'années, démarrer ma journée avec le tai chi est devenu naturel comme me brosser les dents, ou presque, avec le plaisir de le pratiquer dehors, meme sous la pluie ou sous la neige qui tombe. Avoir tenu bon au tai chi reste une de mes grandes occasions de fierté, et ça m'a aidé a me tenir debout dans des périodes de fortes secousses émotives.

Tous les guides de croissance personnelle vous ameneront a une meme adresse : chercher le bonheur en repartant d'une qualité de présence a l'instant qui passe. La pratique du tai chi me le rappelle quand je serais tenté de l'oublier, en meme temps qu'elle est un cadeau que je me fais a chaque fois. De la je me suis dit que cette section pourrait etre aussi un cadeau a l'intérieur du site Grandir.

Denis Breton


Dites nous donc...

Vous etes nombreux a consulter la section Tenir bon au tai chi. Apres quelques temps, que diriez-vous de nous raconter en quoi elle a pu vous aider dans votre pratique ?

Nous contacter 
 

Retour au    MENU     de  TENIR BON AU TAI CHI

Édité par le site GRANDIR, QUÉBEC
www.sitegrandir.com

N'hésitez pas a reproduire nos textes, en indiquant la source.
 v2013-10-11

Accueil   |   Haut   |   Navigation   |   Nous contacter   |   Plan du site
  
Qui nous sommes   |   Quoi neuf